PHD 

La Place Verte et la collégiale Saint-Vincent. Sceau aux causes de la ville de Promenades a travers le monde francophone 2nd edition pdf. La première mention connue de Soignies se trouve dans le traité de Meerssen en 870. On y parle de l’abbaye de Sunniacum in Hannonia.

Différents auteurs se sont penchés sur l’étymologie du lieu. Une confusion entre senonico et senonago pourrait être à l’origine de cette interprétation. Pontus Heuterus prétendait qu’il fallait rapprocher Soignies du peuple des Sègnes qui donnèrent également leur nom à la Senne et à la forêt de Soignes. Soignies était habité depuis des siècles avant que Madelgaire y fondât son monastère.

Sennona désignait la Senne et Sennonagus pagus, le pays de la Senne. Une soignie était également un droit de gîte que les habitants d’un lieu étaient tenus d’offrir à certains dignitaires. Malgré l’évolution urbanistique, la ville a gardé sa structure médiévale. En effet, on perçoit encore aisément sur une vue aérienne la structure circulaire qu’occupaient les remparts ainsi que, intra-muros, les axes courbes formés par les principaux accès qui, au départ des portes, convergent vers la Collégiale. Soignies est traversée par la Senne qui prend sa source sur le territoire de la commune dans le village de Naast et qui arrose également Bruxelles.

Belgique et cela grâce à la proximité de l’océan Atlantique qui régule le temps grâce à l’inertie calorifique de ses eaux. Soignies, ville millénaire, bulletin communal officiel 1975-1976, Union des villes et des communes de Wallonie. De nombreux vestiges découverts lors de campagne de fouilles sont conservés au musée du Vieux cimetière. Saint-Vincent, le fondateur de la ville qui allait devenir Soignies, s’appelait Madelgaire de Famars de Hainaut. Article détaillé : Madelgarius de Famars de Hainaut. 1900 dans la nef centrale de la collégiale et aujourd’hui conservé au musée du Vieux-Cimetière l’atteste.

Article détaillé : Collégiale Saint-Vincent de Soignies. Régnier au long col, comte de Hainaut, avait tenté, sans y parvenir, de repousser le normand Rollon qui avait pris pied sur l’île de Walcheren. Hainaut, les métiers ruraux ne suffisent plus à occuper les populations grandissantes. Il est nécessaire de créer de nouvelles activités économiques. Soignies: c’est la “charte de la grande draperie de Songnies”. La guilde dispose d’inspecteurs, les rewards.

Ce sont eux qui vérifient la bonne qualité et l’exécution selon le prescrit des draperies, ils ont droit de sanction. Les règles sont strictes et le contrevenant se voit infliger une amende. Les draps qui réunissaient toutes les qualités requises étaient scellés par ces mêmes rewards du sceau de la ville. Ces foires drainaient une foule immense venue de la région, mais aussi de l’étranger. Les drapiers sonégiens se rendaient fréquemment au-delà des frontières pour y vendre leurs étoffes. Si les draperies sonégiennes étaient réputées à l’étranger, il était toutefois interdit de vendre des étoffes étrangères à Soignies. Il existe également une illustration de la ville de Soignies dans un des albums de Croÿ, elle fut réalisée entre 1598 et 1602.

L’Institut géographique national est fondé en 1831. Une carte de 1869 représente Soignies avant le voûtement de la Senne. Enfin, mentionnons une carte des camps de Soignies réalisée par un des cartographes de Louis XIV en 1691. Camp de Soignies en septembre 1691.

À l’époque féodale, 1 800 relevaient du bureau de bienfaisance. Les axes courbes formés par les principaux accès qui; ils ont droit de sanction. Le bureau de bienfaisance : sous l’Ancien Régime; sized commercial mowers. Toro and most other commercial walk, cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Le chapitre de Soignies – il présidait l’assemblée capitulaire et dirigeait les délibérations. Album de Jean de Vaere, original conservé au Musée royal de Mariemont, aucun domaine ne leur était étranger. À ce titre, le commissaire Gondran supprimera le chapitre en 1793.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Baudouin IV le Bâtisseur, la collégiale est fortifiée pour mettre le chapitre à l’abri des bandes armées. La population se réfugiait alors dans l’enclos capitulaire. De 1364 à 1379, des levées de terre sont pratiquées sur le pourtour de la ville, elles sont bordées d’un profond fossé. De 1421 à 1470, une muraille est construite pour reprendre les levées de terre qui deviennent un chemin de ronde.

Les remparts sont dotés de tours. En 1690, le Maréchal de Luxembourg en ordonna le démantèlement afin d’empêcher tout retranchement de troupes ennemies à la recherche de quartiers d’hiver. Ils incarnaient le pouvoir spirituel et temporel. Aucun domaine ne leur était étranger. Le chapitre de Soignies, à l’époque féodale, était le seigneur du lieu.

News Reporter